Conseils de lecture

22,50
par (Libraire)
24 mai 2021

Le choeur des femmes

À l’origine de ce roman graphique, il y a une œuvre magistrale du romancier/médecin Martin Winckler, magnifiquement féministe, au sens le moins politique et le plus humain du terme.

L’une des plus belles idées du roman (et il en regorge), c’est de laisser croire au lecteur que Jean, qui raconte l’histoire à la première personne, est un homme. Ou, plus exactement, d’écrire en évitant toute forme de féminin dans la grammaire du texte (notamment, dans le piège du masculin imposé du terme « médecin ») afin d’empêcher le lecteur de relever des indices sur la véritable identité de Jean. Car Jean est une femme, Jean comme Norma « Jean » Baker, et non comme « Jean » de la Fontaine.
Et c’est un véritable coup de génie de bouleverser ainsi la perception du lecteur, au bout de plus de cent pages, en l’obligeant à repenser toute sa lecture et à faire face à sa propre représentation du médecin.

Mais comment adapter cette idée de pure littérature dans un roman graphique ?

Eh bien, Aude Mermilliod relève le défi dès son illustration de couverture : le personnage de Jean, androgyne (androjean ?), cheveux courts et visage rond, y apparaît dans une posture énigmatique, comme si elle s’interrogeait sur son propre corps, ou comme si elle en faisait don. Et sous sa blouse grande ouverte, le blanc asexué renforce cette impression de mystère, de secret et de quête de soi.

Puis, dans les pages, en dessin et en mots, tout le bouleversant du roman de Martin Winckler, est là : les voix, les corps et les cœurs de ces femmes de tous âges, femme ou fille, mère ou adolescente, leurs douleurs, leurs bonheurs, leurs errances, leurs hésitations, leurs choix, leurs doutes, leurs erreurs, leurs courages, leurs beautés, leurs laideurs, bref leurs humanités.


17,50
par (Libraire)
4 octobre 2014

Simon arrive au paradis. Il s'agit d'un endroit bien différent de ce à quoi il s'attendait. Lors
de son arrivée, tout n'est question que de procédures et de normes à respecter. En parallèle, on suit
les derniers mois de la vie de Simon, pris dans le tourment d'une affaire publique. Avec beaucoup
d'humour et de légèreté, B. Duteurtre attire notre attention sur la société de consommation et ses
vices.


12,00
par (Libraire)
4 octobre 2014

Lorsque sa femme le quitte de manière aussi inattendue qu’insoupçonnée, Simon s'effondre
totalement. Pour tenter de sortir la tête de l'eau, il décide de repartir dans son village alsacien où il
considère avoir passé les plus beaux moments de sa vie. Il y rencontre Anna, venue faire le ménage
dans son passé douloureux. Tandis que Simon devient l'oreille d'Anna, cette dernière lui permet
d'oublier l'épreuve difficile qu'il traverse. Ce roman est le récit de deux âmes en peine, qui se
réconfortent mutuellement.


Mori ogai/reiko vergnerie

Cambourakis

10,00
par (Libraire)
4 octobre 2014

Lors d'une balade quotidienne, un jeune étudiant en médecine rencontre le regard d'une
jeune femme, maîtresse reconnue d'un usurier. Malgré les bonjours et les envies de se retrouver, la
rencontre de ces deux individus va être bloquée par les devoirs de chacun. Il s'agit là d'une histoire
qui prend le temps d'être racontée et nous dévoile petit à petit la trajectoire de deux destinées. Bien
que d'un rythme assez lent et très poétique, l'émotion est toujours bien présente, ce qui fait de ce
roman une vrai réussite.


Cambourakis

21,00
par (Libraire)
4 octobre 2014

Années 1960-1970 : comme chaque année, Divid Ogilvie et Jimmy Larsson descendent sur
Hollywood, pour assurer le show. Et une fois de plus, ils ne pourront pas échapper aux frasques et
aux plaisirs de la ville. En plus d'être une histoire d'amitié, ce roman nous plonge avec succès dans
le monde d'Hollywood avec toutes ses règles.